Votre avis

Que vous soyez un(e) simple citoyen(ne), un(e) élu(e) ou bien une association, vous pouvez exprimer votre opinion.

Nous vous soumettrons régulièrement des petits sondages, et vous pouvez également écrire des commentaires au bas de cette page. Voici les trois premiers sondages :

Sondage n° 1

Sondage n° 2

Sondage n° 3

Publicités

38 réflexions au sujet de « Votre avis »

  1. R'LHERMITTE

    Bonsoir,
    C’est logique que les habitants de Sevrier soient contre tout aménagement ou modification de la RD1508 et/ou de la piste cyclable; la ville, coincée entre le lac et le Semnoz, s’est construite et développée le long de ces deux uniques voies de circulation et de communication…
    À mon humble avis, le problème n’est pas prêt d’être réglé.

    Répondre
  2. Mauriange

    Mes chers collèges
    Chers amis,
    Lors du Conseil Municipal se SEVRIER (74320) du 19 janvier 2017 le simple fait d’évoquer l’urbanisation de nos rives déclenche une discussion houleuse sur les difficultés de circuler sur la RD1508, sur les transports en commun, sur le projet de nouveau tunnel sous le Semnoz etc…
    Nous aurons certainement l’occasion de revenir sur le bien-fondé d’un nouveau tunnel sous le Semnoz. En attendant posons-nous deux questions : Le trafic sera-t-il diminué en amont du tunnel ? La capacité de la RD 1508 sera-t-elle augmentée ? Si nous pouvons répondre NON à ces deux questions, alors la nécessité d’un nouveau tunnel ne se posera plus et nous aurons économisé plus de 350 millions d’euros d’argent public. NB : Si les effets du tunnel pourraient paraitre positifs pour SEVRIER Nord (Pour les commerçants le chiffre d’affaire sera en berne) ils seront d’autant plus catastrophiques en amont du tunnel notamment pour les automobilistes coincés dans d’interminables bouchons entre DUINGT et SAINT-JORIOZ.
    Je rappelle que le 20 juin 2014 le Conseil Municipal a voté à l’unanimité une motion concernant les problèmes de circulation et les solutions alternatives susceptibles d’alléger la circulation sur la RD 1508. Le 8 décembre 2014 soit près de 6 mois après, sur mon insistance à connaître les suites données à cette motion « Monsieur le Maire a répondu qu’un courrier arrivé tardivement du Conseil Général ne répond pas favorablement aux différentes propositions contenues dans la motion. Il a ensuite procédé à la lecture du courrier en question. Monsieur le Maire a également proposé à M. MAURIANGE de l’accompagner à la prochaine réunion qui se tiendra sur le sujet concernant le BHNS et tunnel sous le Semnoz. », il n’y a pas eu de suite … Sommes-nous quantité tellement négligeable qu’il n’est même pas nécessaire d’examiner sérieusement une motion votée à l’unanimité et de tenir compte de notre avis ?
    La seule question qui vaille pour l’instant est ; QUE FAIT-ON ICI ET MAINTENANT ? pour améliorer la situation des usagers de la rive ouest du lac d’Annecy. Devons-nous attendre les bras ballants une décennie de plus avant de mettre en œuvre, même à titre expérimental, des solutions alternatives respectueuses de l’environnement, sans investissement lourd ? Une route à grande circulation, la RD 1508, coincée entre lac et montagne susceptible d’accueillir plus de 13 723 * véhicules en même temps au même endroit c’est tout simplement une impossibilité technique. Aller à Annecy, le matin ou en revenir le soir en voiture ou avec les rares transports en commun est une véritable galère.
    Proposer un pseudo BHNS (Bus à Haut Niveau de Service) Bus diesel coincé dans la circulation actuelle est un abus de langage et une véritable tromperie et n’est pas de nature à inciter un automobiliste à abandonner sa chère voiture tellement confortable, même si elle pollue un maximum à rouler au pas.
    Or, Il y a d’autres solutions (parmi celles proposées le 20 juin 2014) qui devraient faire l’unanimité et démontrer une véritable volonté politique et administrative de faire le bien public. Enfin de donner à nos enfants et petits-enfants la possibilité de continuer à respirer un air non pollué au bord d’un lac toujours aussi pur, de rendre hommage aux grands hommes qui se sont battus pour cela notamment à Charles et Bernard Bosson et tout simplement d’être fiers du devoir accompli !
    Ces mesures ont déjà prouvé leur efficacité, sont réalisables immédiatement et à peu de frais :
    1. Interdiction de circulation des véhicules de plus de 3,5 tonnes entre 7 h et 9 h et entre 17 h et 19 h. (Code de la route Article R411-18 « Le préfet peut interdire temporairement la circulation d’une ou plusieurs catégories de véhicules sur certaines portions du réseau routier. Des arrêtés du ministre de l’intérieur et du ministre chargé des transports peuvent interdire la circulation d’une ou plusieurs catégories de véhicules durant certaines périodes, certains jours ou certaines heures sur tout ou partie du réseau routier… »
    2. Basculement du trafic de transit à destination d’ALBERTVILLE sur les autoroutes A40, A410, A41, A43 et A430 par la mise en place d’une signalisation appropriée aux frontières et sur les grands axes de circulation du département. Des mesures similaires ont démontrées leur efficacité lors des jeux olympiques d’Albertville de 1992.
    3. Étalement du trafic de pointe sur une plus grande plage horaire par harmonisation sur la base du volontariat des horaires des grandes entreprises et administration. Un décalage de quelques minutes en période de pointe évite la formation de bouchons et augmente la fluidité. Il s’agit d’harmoniser les horaires d’ouverture et de fermetures des grandes entreprises et des administrations du bassin annécien. L’étalement du trafic de pointe, c’est des milliers d’heures de travail récupérées, des milliers de litres de carburant économisés et donc moins de pollution dans un milieu aussi sensible que le lac d’Annecy. NB : Une initiative similaire a été mise en œuvre avec succès par la SNCF.
    Si ces trois mesures sont mises en œuvre, une grande partie des difficultés de circulation seront résolues. Les écailles nous tomberont des yeux et nous verrons, si nous avons encore besoin d’un tunnel supplémentaire.
    Que 2017 nous donnes un peu d’espoir dans ce sens, avec mes amicales salutations
    Claude Mauriange, votre très attentif collègue du Conseil municipal de Sevrier.
    PS : je tiens à votre disposition un certain nombre d’études, réflexions et prospectives sur la circulation entre ANNECY et FAVERGES (de 1981 à nos jours) claude.mauriange@orange.fr

    * 26 908 habitants (15 048 habitants de la Communauté de communes des Sources du Lac d’Annecy et 11 860 habitants de l’ex Communauté de communes de la Rive Gauche du Lac d’Annecy) ce qui fait avec un coefficient 0,51 véhicule par habitant (au-dessus de la moyenne nationale), 26 908 x 0,51 = 13 723 véhicules.
    Copie à :
    Monsieur Pierre Lambert, Préfet de la Haute-Savoie
    Monsieur Christian Monteil, Président du Conseil Départemental de la Haute-Savoie
    Monsieur Jean-Luc Rigaut, Président du Grand Annecy Agglomération
    Monsieur Michel Béal, Maire de SAINT-JORIOZ
    Monsieur Jacques Rey, Maire de SEVRIER
    Monsieur Marc Rollin, Maire de DUINGT
    Monsieur Lionel Tardy, Député de la 2e circonscription de la Haute-Savoie.

    Répondre
  3. S Lopez

    Le tunnel est indispensable à bien des égards que la rive ouest. Sa construction n’est pas incompatible avec la protection de l’environnement et le développement des transports non polluants.
    Il suffit d imaginer les Marquisats sans voiture pour commencer et ainsi, en faire un véritable parc dédié au sport et un poumon dans l’agglomération. Seul le bus ou autre TC pourrait circuler.
    Changer les habitudes de manière radicale ne fonctionne pas. Et puis n’est oublier un peu vite qu’une grande partie de la population active de cette rive travaille en Suisse! C’est négliger la passion de certain pour leur moto…
    Le développement d’une vie de proximité dans Sevrier, et donc sans voiture, ne peut se faire qu’ en déviant l’horrible trafic. Alors peut être verrons nous les habitants amener leurs enfants à pied et aller chez les commerçants de proximité, inexistant à ce jour.
    Il est vrai que le transport routier pourrait se voir installe sur des trains : ce problème est clairement régional et impératif à mon sens. Dans l’attente le transit doit rejoindre l’autoroute, c’est évident et simple.
    Concernant les transports en communs, plusieurs modalités doivent être imaginées. Il existe un problème de fréquence, de temps de trajet, d’accessibilité pour les personnes à mobilité reduite, ainsi que de desserte des « quartiers  » de la rive ouest. Il existe aussi un problème d’échelle : des investissements très séduisants posent aussi le problème de la rentabilité.
    Alors peut être peut on mixer les modalités : un BHNS, pourquoi pas puisque un tram coûte trop cher, auquel on ajoutera un bateau-bus qui sera dédié à la population (si on peut le faire à New York, je suis persuadé que nous réussirons à Annecy) aux heures de pointe, aider l’achat de vélo à assistance électrique…. Et d’autre idées encore, l’idée étant que seule la multiplication de divers moyens apportera la solution.

    Répondre
    1. Lecoanet Cécile

      Bonjour
      Le problème du tunnel est que les bouchons risquent d’être reportés à l’entrée du tunnel donc à Saint Jorioz, et que comme pour le tunnel sous Fourvière à Lyon cela crée un nouvel appel de trafic et même si cela libère la circulation quelques années, ce n’est que provisoire.
      Le plus embêtant est que le projet de BHNS était prêt (étude par un bureau spécialisé dans les transports collectifs, enquête publique favorable, subventions grenelle du gouvernement accordées) et il a été annulé en janvier 2014 pour être couplé au tunnel.
      Du coup, tout est repoussé dans le temps, car la réalisation d’un tunnel prend plus de temps qu’aménager une voie de transport collectif.
      Ce « couplage » est aberrant!! Ces deux projets n’ont pas la même envergure. La réalisation d’un transport collectif efficace est une urgence (à la fois pour les habitants toute l’année et pour les touristes l’été) et ne doit pas être retardée par un autre projet. Comment le faire comprendre aux décideurs?
      Tout était prêt pour un TCSP sur la rive, et tout a été arrêté à cause du couplage avec le tunnel, c’est démoralisant!!
      Cordialement
      Cécile LECOANET

      Répondre
    2. Bruno d'Halluin

      Bonjour M. Lopez
      Pour compléter la réponse de Cécile Lecoanet:
      Effectivement avec le tunnel la congestion serait déplacée de Sevrier à St Jorioz d’une part, et le trafic rive gauche serait largement amplifié (« trafic induit ») d’autre part.
      Pour plus de précisions concernant le trafic induit par une nouvelle voie routière en général et par le tunnel en particulier je vous invite à consulter le lien suivant:
      https://grenelleannecy.net/2016/05/17/le-vrai-ou-faux-des-transports-et-de-la-qualite-de-lair-dans-le-bassin-annecien/
      …et à le faire suivre largement si vous le jugez utile!
      Cordialement
      Bruno d’Halluin

      Répondre
  4. R. LHERMITTE

    Mon commentaire pour faire suite à la conférence-débat « transports et qualité de l’air du bassin annécien » organisée le jeudi 19 novembre 2015 à Annecy (merci aux organisateurs).

    Il me semble que cette « menace » est passée plutôt inaperçue ou a été insuffisamment relayée par les médias depuis trop longtemps… zapping des informations oblige !
    Petit rappel :

    Pollution de l’air. L’Union Européenne menace de poursuivre la France en justice:
    La Commission européenne a menacé ce mercredi la France d’un renvoi en justice si elle ne prend pas des « mesures ambitieuses, rapides et efficaces » pour limiter la pollution aux particules fines dans dix agglomérations, dont Paris, Lyon et Grenoble mais également la Vallée de l’Arve.
    • France 3 Alpes avec l’AFP
    • Publié le 29/04/2015 | 15:36, mis à jour le 28/07/2015 | 09:43
    http://france3-regions.francetvinfo.fr/alpes/isere/grenoble/pollution-de-l-air-l-union-europeenne-menace-de-poursuivre-la-france-en-justice-714873.html

    « La Commission européenne a demandé à la France de respecter la législation de l’UE exigeant que les États membres limitent l’exposition de leurs citoyens aux particules fines (PM10) », a-t-elle indiqué dans un communiqué.

    Cet « avis motivé » peut être suivi d’un renvoi de la France devant la Cour de justice de l’Union européenne si le pays « ne réagit pas dans un délai de deux mois », a précisé Bruxelles.

    « Les chiffres des autorités françaises les plus récents montrent que le problème de pollution de l’air persiste et que les limites maximales journalières pour ces particules sont dépassées dans 10 zones: Paris, Lyon, Grenoble, Marseille, Martinique, Rhône-Alpes (Vallée de l’Arve), PACA-ZUR (Zone urbaine régionale), Nice, Toulon, Douai-Béthune-Valenciennes », selon la Commission.

    L’exécutif européen « considère que la France n’a pas adopté les mesures qui auraient dû être appliquées depuis 2005 pour protéger la santé de ses citoyens et elle lui demande de prendre des mesures ambitieuses, rapides et efficaces », poursuit Bruxelles.

    « Ces minuscules particules proviennent des émissions imputables à l’industrie, à la circulation routière et au chauffage domestique et peuvent provoquer de l’asthme, des problèmes cardiovasculaires, des cancers du poumon et entraîner une mort prématurée », rappelle la Commission européenne.

    Ce point important de santé publique avait bien été souligné par différents intervenants… hors quelles actions concrètes ont-elles été prises depuis que ce problème a été signalé, vérifié et reconnu…en 2005 ?
    Si quelqu’un a une ou des réponses à cette question, cela intéressera surement beaucoup de monde que ces « mesures ambitieuses, rapides et efficaces » soient listées et largement diffusées.

    Répondre
    1. jpcfrapna74 Auteur de l’article

      Merci pour votre commentaire.

      En fait, point de mesures « ambitieuses, rapides et efficaces » sur le bassin annécien. Bien au contraire.

      Tout d’abord, au lieu de mettre en place un PPA, Plan de Protection de l’Air, plus contraignant d’un point de vue réglementaire, les élus ont choisi d’élaborer un PLQA, Plan Local de Protection de l’Air, avec la bénédiction des pouvoirs publics. Certes, c’est local, mais là n’est pas sa faiblesse. Les textes disent que « … le recours à un PPA n’est pas nécessaire lorsqu’il est démontré que les niveaux de concentration dans l’air ambiant d’un polluant seront réduits de manière plus efficace par des mesures prises dans un autre cadre. [en l’occurrence ici un PLQA] ».

      Personnellement, je ne vois absolument pas en quoi le PLQA projeté, moins contraignant qu’un PPA, démontre qu’il permettra de réduire de manière plus efficace la pollution.

      Ensuite, sur la base de l’étude prospective concernant les transports qui avait été réalisées par TTK, lesdits élus en ont retenu le scénario A, qui donne la priorité au flux routier par rapport aux transports collectifs et aux modes doux ; le plan stratégique Annecy 2030 en est la résultante. On en voit une conséquence avec le projet de tunnel sous le Semnoz, qui a volontairement été couplé à un soit disant BHNS sur la rive Ouest du lac. L’ouverture d’une pénétrante de niveau régional, reliant Annecy à la Savoie via le tunnel, va jouer contre le report modal vers les transports collectifs : les gens vont rester dans leur voiture, plutôt que d’aller prendre un bus en site partiellement réservé. Dans cette étude TTK, le scénario C est le plus vertueux d’un point de vue environnemental, mais il n’a pas été retenu.

      En conclusion, une forte mobilisation citoyenne est indispensable pour infléchir le cap qui a été privilégié jusqu’à maintenant. C’est l’objectif que s’est assigné le collectif « Grenelle des Transports et de la Qualité de l’Air » pour le bassin annécien, qui regroupe une quinzaine d’associations.

      Venez nous aider !

      Jean-Pierre CROUZAT – FRAPNA 74

      Répondre
  5. okilele

    Claude Mauriange termine son excellente intervention du 19/01/2013 par « faire preuve, sans à priori, d’audace et d’imagination. »
    Est-ce que, au delà de toutes les questions techniques et financières, le vrai problème n’est pas là, penser sans à priori, avec audace, avec imagination ?
    Et, question subsidiaire, est-ce que nos élus, coincés entre l’électorat et les groupes de pression qui les ont élus et l’électorat et les groupes de pression qu’ils doivent séduire pour la prochaine élection en sont capables ?
    Cécile Lecoanet, maintenant que vous n’êtes plus élue, à votre avis sincère ?

    Répondre
  6. d'Halluin Bruno

    Bonjour
    Je suis d’accord avec les arguments de la FRAPNA et de la mairie de Lathuile, donc en faveur du passage du bus le long de la piste cyclable sur le tronçon Riant-Port Regina. J’ajoute aux arguments déjà donnés par ailleurs que pour moi, en tant qu’usager intensif de la piste pour mes trajets domicile-travail comme pour;mes loisirs, le fait de voir passer un bus de temps en temps est une gêne insignifiante par rapport au fait de longer un flot de voitures comme à La Puya où l’on respire à pleins poumons les particules fines.
    D’ailleurs,quand le Conseil Général nous dit qu’on ne touchera pas à la piste cyclable, elle va être touchée puisqu’il a été décidé de faire passer le flot de voitures le long de cette piste pour contourner le centre de St Jorioz.

    Répondre
  7. Anonyme

    Un chef d’entreprise qui laisserait se croiser dans son usine deux engins motorisés à une vitesse de 90 km/h sans protection serait mis au arrêt par les autorités.
    Faire côtoyer des voitures, des vélos, des bus et des camions sur un axe routier d’une largeur de 10 mètres sans parler de la pollution est une idée insensée.
    Toutes les infrastructures existantes ont été élaborées pour le tourisme, il n’y a que le tourisme qui compte dans cette région. A quoi sert la piste cyclable, les cyclistes habitants la région ne peuvent même pas l’emprunter pour aller au travail, elle n’est pas déneigée (Voir l’article récent du DL).
    Pourquoi avoir démoli la voie de chemin de fer pour en faire une piste cyclable qui par beau temps est souvent empruntée par des promeneurs du dimanche.
    Un accident de la route à l’entrée d’Annecy et c’est la galère, des travaux sur la chaussée c’est la galère, les feux tricolores mal réglés aux Marquisats, c’est la galère, la neige c’est la galère etc….
    En fait, ce sont les politiques qui sont les seuls responsables, pourquoi la rive « Est » est épargnée par ces problèmes de circulation, les notables de la rive « Est » ne veulent ils pas subir les nuisances…..
    Pourquoi ne pas installer un indicateur numérique au rond point du Bout du lac pour encourager les conducteurs à emprunter la rive ouest quand il y a encombrement.

    Répondre
  8. Pagès Jacques

    En fait, depuis 1955 se projet est dans les papiers. Cependant qu’en est-il ? A part les études coûteuses qui ont été réalisées par les différentes tendances politiques nous en sommes toujours au point de départ. Pourquoi ne pas comprendre que les habitants situés en arrière de la D 1508 ne sont pas prêt de quitter à pied ou en voiture leur domicile, pour se rendre à un hypothétique lieu de départ d’un bus qui n’a pas d’horaire vu les encombrements de cette route sans savoir où laisser leur voiture ou autre moyen de transport. Ce n’est pas par plaisir qu’il faille avant 9 heures le matin prévoir un temps de circulation frôlant l’heure pour effectuer le trajet de Saint Jorioz à Annecy. La solution qui nous a échappée était celle du tunnel sous le Semnoz proposée par l’équipe Bernard Bosson Ministre des transports à l’époque. Cela n’a pas marché pour des raisons politiques regrettables, mais c’est ainsi.
    Après plusieurs études faites et présentées au public, il s’est avéré que les locaux n’étaient pas d’accord pour payer un trajet. La gratuité du tunnel était la meilleur solution entre Vovray et le bout du lac. Bien sur, cette solution est très coûteuse mais c’est le prix à payer pour trouver une solution au problème.
    Surtout en période estivale,( cela a fait l’objet d’un émission de radio que j’avais organisée entre Monsieur Bernard , Accoyer Bernard Bosson et d’autre responsables du moment AREA entre autre) qui mettait en évidence que les touristes ne prendraient pas un tunnel payant. Je comparais à l’époque, l’exemple des moyens de circulations entre Canes et Nice (une quarantaine de Km.) en remarquant que le maximum de circulation se situait sur la route côtière du Cap d’Antibes, cette voie étant utilisée majoritairement par des gens de passage : plaques d’immatriculation. Ici, en période de vacances il en est de même, les bords du lac étant remarquables..

    Répondre
    1. Lecoanet Cécile

      Le but d’un « Bus à Haut Niveau de Service » est de circuler en site propre donc de ne pas être gêné par les embouteillages, son temps de parcours est donc fixe, ses horaires sont fiables, son cadencement doit être régulier et des parcs relais doivent permettre aux usagers de garer leur voiture gratuitement près d’une station d’arrêt. Les tickets doivent être achetés avant le transport (soit dans un bureau, soit à un distributeur aux stations, soit sur internet, soit par abonnement) le chauffeur n’a donc plus à vendre le ticket à bord.
      Si un tel système était mis en place, je pense que les gens changeraient leurs habitudes…

      Répondre
  9. sixtine

    Ayant appris dernièrement l’existence de votre blog, j’ai lu avec attention votre proposition ainsi que les plans joints.
    Je ne comprends pas très bien votre initiative, car en 1991 votre commune avait crée une association pour s’opposer au tunnel en voie haute(en encorbellement) et un de vos adhérent avait suggéré une sortie du tunnel au Mac Do.
    A présent vous milité pour une voie de bus le long de la piste cyclable, sans vous souciez des habitations existantes et entre autre au Avollion jusqu’à la plage ou la route serait annexée pour le passage des bus tous les ¼ d’heure.
    Je pense que vous êtes mal placés pour faire des propositions, surtout sur le dos des autres.
    Si votre commune n’avait pas mis une opposition au projet en voie haute, le probleme de circulation serait résolu depuis 20 ans.

    Répondre
    1. Herve Bourne

      Doit-on éternellement vivre dans le passé et s’interdire de regarder le futur par rapport à de nouveaux enjeux ? Doit-on éternellement être dépositaires et redevables de décisions prises par d’autres dans d’autres contextes, simplement parce que nous habitons la même commune ? Je ne le crois pas.

      Pour être précis, ni Cécile Lecoanet, ni moi actuellement élus de Lathuile ne l’étions en 1991, nous n’étions pas membres non plus de cette association que vous évoquez et ce n’est pas à cause d’elle que nous n’avons pas à ce jour de solution pour désengorger la RD1508, RN 508 à l’époque. Vous donnez à notre commune et à ses associations, une bien grande influence qu’elles n’ont pas à notre grand désespoir…

      Ce qui est vrai c’est que le conseil municipal de Lathuile en 1989 avait refusé par délibération un des tracés proposés, qui passait notamment par le haut du hameau de Chaparon. Un autre tracé passant en partie basse (plus près du lac), et plus vers le hameau de Bredannaz (Doussard) avec le même tunnel sous le Taillefer sortant à Duingt, avait la préférence de Lathuile, c’est vrai.

      Il est donc faux et caricatural de dire que la commune de Lathuile s’est opposée au projet de tunnel en voie haute. C’est une des nombreuses idées reçues qui circulent sur ces problématiques de transport autour du lac. Elle ne s’est opposée qu’à un tracé précis passant par le hameau de Chaparon.

      Je ne me permettrais pas de juger ces décisions de nos prédécesseurs de 1991, prises dans un contexte bien différent d’aujourd’hui.

      Par contre, en 1999, l’ensemble des communes du bassin annécien concernées (y compris Lathuile) s’étaient mises d’accord sur un tracé (dit tracé bas) qui passait non plus en encorbellement, mais en partie basse avec ce tunnel de Duingt et ce tunnel sous le Semnoz, version entrée McDo, sujet brûlant du moment. 1991-2013 : après plus de 20 ans, de très nombreux rapports de réunions, diverses études coûteuses, presque rien n’a changé…

      Avec le recul, et à titre personnel, je ne suis pas certain que cette solution en version haute (en encorbellement) aurait été une réussite pour la qualité de nos paysages autour du lac et elle n’aurait certainement pas réglé les problèmes de pollution.

      Nous souhaitons simplement être force de proposition sans avoir la prétention de détenir la vérité. Avouez tout de même qu’il n’y a aucune comparaison possible entre le passage d’un bus silencieux tous les quarts d’heure aux heures de pointe et un couloir routier permanent. La solution de voie parallèle à la piste cyclable pour TCSP ne remettrait pas en question la route que vous évoquez vers le lieu-dit des Avollions à Sevrier, dont j’imagine que vous êtes riverain(e)s. Comme expliqué dans notre blog, l’emprise de la voie verte de 10 mètres est suffisante pour préserver un voie cyclable à double sens et créer une voie de bus, sans toucher aux routes existantes.

      Notre motivation aujourd’hui est surtout guidée par des préoccupations environnementales : il est triste de voir des alertes ozones autour du lac chaque été, il nous semble important de changer nos modes de déplacement plutôt que de proposer seulement de détourner la circulation.

      Le but de ce blog est justement d’informer le public, de savoir ce que pensent les habitants du tour du lac, les usagers de la route, et de susciter un débat démocratique, et nous vous remercions pour votre commentaire.

      On peut aussi décider de ne rien changer et de rester dans nos voitures dans les bouchons sous une couche d’ozone, à respirer les particules fines et cancérigènes des moteurs diésels, c’est un choix.

      Un vrai TCSP performant intimement lié à un hypothétique tunnel sous le Semnoz est un autre choix que nous évoquerons très prochainement dans ce blog.

      Répondre
  10. Mauriange Claude

    RD 1508 – Réflexions et perspectives sur la circulation entre ANNECY et FAVERGES
    L’ancienne route nationale RN 508 déclassée en 2006 en route départementale à grande circulation, la RD 1508 relie BELLEGARDE-SUR-VALSERINE (Ain) à UGINE (Savoie) et supporte un trafic particulièrement important entre ANNECY et FAVERGES.
    La RD 1508 présente une caractéristique remarquable ; c’est le principal et l’unique axe de circulation entre ANNECY et UGINE.
    Le trafic sur la RD 1508 est constitué de la superposition de circulations de nature très différentes :
    TRAFIC DE TRANSIT entre la Savoie vers le tunnel du Fréjus et l’Italie, vers les stations de ski de la Savoie et l’agglomération annécienne.
    TRAFIC D’ECHANGE QUOTIDIEN domicile-travail entre Faverges et l’agglomération annécienne.
    TRAFIC DE DESSERTE LOCALE à l’intérieur des agglomérations.
    À SEVRIER, au point de circulation le plus dense, passage obligé, coincé entre le massif du Semnoz et le lac d’Annecy, le trafic moyen journalier annuel* (T.M.J.A.) était de 15953 véhicules / jours en 1978, il a atteint 21566 véhicules / jours en 2010 soit une augmentation de plus de 35%.
    * Le Trafic moyen journalier annuel (T.M.J.A.) est égal au trafic total de l’année divisé par 365.
    Extrait des données de la Direction Départementale des Territoires de la Haute-Savoie. Ces données sont renouvelées une fois par an et accessibles au public sur Internet :
    http://www.haute-savoie.equipement-agriculture.gouv.fr/circulation-routiere-r204.html
    NB : Il s’agit du nombre de véhicules dans les DEUX SENS ; Sevrier-Annecy et Annecy-Sevrier.
    A noter les pointes de trafic et le % de Poids Lourds
    À noter que le trafic a DIMINUÉ en cinq ans, il est passé de 23440 véhicules / jours en 2005 à 21566 véhicules / jours en 2010, soit une diminution du trafic moyen journalier annuel de 7,88%.
    Ces chiffres ne sont pas suffisants pour expliquer la saturation de la RD 1508 à certaines heures, en effet ce ne sont que des moyennes annuelles et risquent fort de rencontrer, à juste titre, l’incompréhension des usagers confrontés à la dure réalité de cette route départementale tristement célèbre par ses bouchons quotidiens.
    Pour être proche de la réalité il faut tenir compte de l’intensité du trafic réel à un point donné et à un instant donné.
    Une analyse plus fine pourrait démontrer que le nombre de véhicules varie d’une heure à l’autre. Le trafic des heures de pointe du matin (HPM), est plus dense à 8 h dans le sens Sevrier-Annecy et beaucoup plus faible dans le sens inverse, à l’inverse le trafic des heures de pointe du soir (HPS), est plus dense à 18 h dans le sens Annecy-Sevrier. Le trafic est naturellement très faible pendant la nuit.
    Le trafic varie également d’un jour à l’autre, le trafic journalier de fin de semaine et le trafic journalier moyen d’été sont très importants dans une région touristique, on enregistre alors des « pointes » jusqu’à 27240 véhicules / jours (2010). On peut même ajouter que la météo joue aussi un rôle important sur la densité du trafic. Il est aussi probable que le trafic au centre de Sevrier dépasse les moyennes annuelles en raison de la circulation interne à l’agglomération qui échappe aux comptages.
    En l’absence de chiffres plus précis, une estimation réaliste pourrait être la suivante :
    24000 véhicules / jours (hors vacances scolaires), soit 12000 véhicules dans un même sens dont 60% (7200 véhicules) pendant les 2 heures de pointes soit 3600 véhicules à l’heure c’est-à-dire un véhicule à la seconde. Le débit horaire moyen à saturation est atteint. C’est le trafic horaire au-delà duquel le plus petit incident risque d’entraîner la paralysie totale du trafic.
    Il n’y a pas de solution unique les problèmes de circulation doivent être traités globalement en tenant compte de tous les publics qu’ils soient automobilistes ou usagers des transports en commun. Traiter partiellement le problème de la circulation c’est rendre un mauvais service à l’ensemble de la population du bassin annécien.
    Tout ce qui peut concourir à diminuer le trafic de pointe doit être mis en œuvre, des solutions existent qui ne sont pas toutes de l’ordre de l’investissement lourd, en particulier parmi les mesures qui peuvent intervenir à très court terme.
    Les mesures qui peuvent intervenir à très court terme. :
    Basculement du trafic de transit vers les autoroutes A410 et A40 à destination de l’Italie et A41 et A43 à destination des stations de ski de la Savoie par la mise en place d’une signalisation appropriée sur les grands axes de circulation du département et de la frontière suisse. Des mesures similaires ont démontées leur efficacité lors des jeux olympique d’Albertville de 1992. Des tarifs autoroutiers incitatifs pourraient également être proposés.
    L’étalement du trafic de pointe sur une plus grande plage horaire. Un décalage de 10 à 15 mn en période de pointe évite la formation de bouchons et augmente la fluidité. Cette action peut se faire sur la base du volontariat en concertation avec toutes les grandes entreprises et des administrations du bassin annécien. Une incitation forte, pourquoi pas fiscale, au niveau de la taxe de transport, pourrait aussi être envisagée…
    Interdiction de circulation des véhicules de plus de 3,5 tonnes entre 7 h et 9 h et entre 17 h et 19 h.
    Développement du covoiturage sur l’ensemble des rives du lac d’Annecy et du pays de Faverges. Une première étape serait la mise en place de Parking Relais (P+R) de grande capacité en et hors agglomérations, en amont des tronçons les plus encombrés (Faverges, Doussard, Duingt, St Jorioz et Sevrier). Création d’une organisation d’accompagnement chargée de l’animation et de la mise en relation des candidats au covoiturage (système de reconnaissance badges, vignettes etc. …)
    Mise en place d’un plan de cheminement doux en agglomération en complément de la voie verte pour l’accès aux parkings relais (P+R).
    Incitations à utiliser le transport en commun ce qui suppose que les parkings relais (P+R) soient proches de la ligne de transport en commun.
    Les mesures qui demandent un investissement important peuvent intervenir à moyen terme :
    Mise à « deux voies + une » régulées de la RD 1508 entre Duingt et Annecy. La mauvaise réputation des chaussées à trois voies tient à la dangerosité des dépassements, ce n’est pas le cas sur une chaussée à « deux voies + une » régulées. La circulation est alternée, deux voies dans le même sens une voie dans l’autre sens, alternées en fonction de la densité du trafic ce qui a pour effet de reculer le seuil de saturation et d’augmenter la capacité jusqu’à 50 %. Il devient alors possible d’avoir un transport en commun qui circule « normalement ». NB : La largeur nécessaire ; 3 x 3,50 = 10,50 m, existe « pratiquement » sur toute la longueur entre Duingt et la traversée de Sevrier jusqu’à Annecy.
    Une voie en site propre pour le transport en commun, avec l’utilisation de l’ancien tunnel ferroviaire comme itinéraire de contournement de la Puya. Qu’il soit bus, bus-électrique à batteries, trolley ou tram-train (Voir l’étude N°41 mai 2011 du Commissariat Général au développement Durable « Les véhicules électriques en perspectives »), l’efficacité et donc la rentabilité d’un transport en commun en site propre reste à démontrer avec moins de 10000 passagers /jour. Il restera à persuader 10 à 15% des automobilistes à emprunter régulièrement le transport en commun, ce n’est pas gagné d’avance, mais c’est un pari qu’il faut envisager sérieusement.
    Les mesures qui demandent un investissement très important peuvent intervenir à long terme :
    Dans l’idéal un tunnel routier le plus en amont possible du tronçon de la RD 1508 le plus encombré (Sevrier-Annecy). Là l’investissement est de l’ordre de 400 millions d’euros. Pour mémoire ce même tunnel aurait couté 540 millions de francs en mai 1981 (83 millions d’euros d’aujourd’hui).
    Conclusion :
    Les problématiques liées au transport touchent en particulier au domaine de l’économie mais il est difficile de se limiter à la seule rentabilité financière. Les infrastructures de transport, et en particulier les routes, doivent présenter une efficacité économique et sociale, au travers des avantages et des coûts sociaux des aménagements réalisés.
    Voilà maintenant plus de quarante ans que des études (plus de 9 à ma connaissance) sont menées, par l’Etat avant 2006 et par le Conseil Général depuis 2006 après le déclassement de la RN 508 en route départementale à grande circulation.
    Le désengagement de l’Etat est particulièrement tangible dans la réponse faite à Monsieur Lionel Tardy, député, qui attirait l’attention de Monsieur le ministre d’État, ministre de l’écologie, du développement et de l’aménagement durables, sur les graves problèmes de circulation automobile que connait la ville d’Annecy :
    « Le problème est notamment aigu pour la partie sud de la ville ainsi que les communes des cantons de Seynod et de Faverges, séparés d’Annecy par la montagne du Semnoz. Le seul accès possible est la route qui longe la rive ouest du lac d’Annecy, qui est de ce fait en permanence saturée. »
    Réponse de Madame Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’État chargée de l’écologie le 2 octobre 2007 : « Parmi les propositions discutées dans le cadre du Grenelle de l’environnement figure celle d’une nouvelle ressource permettant de participer au niveau national à des projets de transport collectif ayant pourtant vocation à être portés essentiellement par les collectivités territoriales. ».
    En substance, ce n’est plus le problème de l’état, mais bien celui des élus, il faudra, sans illusion, faire avec nos finances. Nos concitoyens attendent maintenant depuis trop longtemps une amélioration sensible de leurs conditions de circulation sur la RD 1508, l’heure est venue de faire preuve, sans à priori, d’audace et d’imagination.
    Claude Mauriange le 9 octobre 2011 à SEVRIER. Texte présenté le 14 octobre 2011 à SAINT-JORIOZ lors de la réunion des élus du tour du lac d’Annecy, révisé le 16 janvier 2013 à SEVRIER après la présentation sur les projets de tunnel sous le Semnoz et de transport collectif en site propre sur la RD 1508, rive ouest du lac.

    Répondre
    1. jpcfrapna74 Auteur de l’article

      Merci pour cette large analyse. Voici quelques commentaires en retour :

      – Le concept d’une 2 voies + une, les deux voies allant dans le sens du trafic pendulaire, se heurtera au goulet d’étranglement que constitue le rond-point de l’ancien hôpital aux Marquisats, incapable d’absorber le flux de véhicules qui viendraient s’y agglutiner. En outre, l’emprise de la RD 1508 ne dépasse pas 10 m de largeur dans le secteur du Bessard, à Sevrier, ce qui avait conduit le CETE à proposer de faire rentrer les bus dans le trafic automobile à ce niveau, en 2 voies simples.

      – Vous avez raison de mentionner qu’avec un véhicule à la seconde en heure de pointe, le seuil de saturation est atteint, et que le plus petit incident conduit à un embouteillage monstre sur la RD 1508. Nous avons évoqué dans l’un des articles du Blog, sous le titre « Le chaos pour demain… et pour longtemps », le « petit incident » que va constituer la déconstruction de l’ancien hôpital, puis le chantier de reconstruction de logements, à partir de courant 2013. Des milliers de camions de gravats dans la montée de l’ancien hôpital vont générer un chaos monstre en interférant avec le trafic pendulaire sur RD 1508. C’est une des raisons pour lesquelles nous demandons l’étude d’une variante à un transport collectif en site propre au milieu de la RD 1508, variante qui pourrait être construite le long de la piste cyclable sur une partie de son tracé, et dont les travaux ne viendraient pas ajouter au chaos déjà imminent sur la RD 1508 elle-même, pour les raisons invoquées ci-dessus.

      – Rappelons ici que le Conseil Général avait intégré l’analyse de cette variante dans le cahier des charges pour l’étude d’un TCSP en rive Ouest, mais que Jean-Luc Rigaut s’y est fermement opposé, suivi par les maires de Sevrier et de Saint-Jorioz. Nous reparlerons du sujet à l’approche des municipales, quand la RD 1508 sera totalement saturée matin et soir.

      – Autre signe de l’absence d’une réflexion collective et globale sur le sujet : c’est à Sevrier, devant l’hôtel de ville, tronçon le plus chargé le matin par les 3.600 véhicules à l’heure que vous mentionnez, que les policiers municipaux arrêtent le trafic pour laisser passer les parents et les enfants de l’école. Il y a un passage souterrain à proximité, sombre et humide, pas pratique du tout pour les poussettes. Pourquoi pas une rampe en pente douce, en passage supérieur ou inférieur, permettant aux parents et aux enfants de traverser la RD 1508 en toute sécurité, sans bloquer le trafic ?

      Finalement, ce que nous demandons aux « élus décideurs » est simple : arrêtez de penser à notre place, arrêtez de lancer des études bloquées sur des solutions préconçues, associez la société civile aux réflexions, ouvrez le débat démocratique, et les citoyens que nous sommes vous accompagneront dans la démarche vertueuse que d’autres territoires ont expérimentée avec succès.

      Répondre
  11. Patrick Duchez

    Je sais , je sais….pour ma part j’ai essayé de « mobiliser » mes contacts sevriolains et St Joriens , en vain , on a l’impression que les gens se satisfont de la galère quotidienne dans laquelle ils vivent 😦

    Répondre
    1. jpcfrapna74 Auteur de l’article

      La FRAPNA et les Amis de la Terre ont pour projet d’organiser au printemps un deuxième Forum citoyen consacré aux transports sur les rives du lac d’Annecy. Nous compterons sur vous pour mobiliser vos réseaux… et vos élus à cette occasion. Belle journée !

      Répondre
  12. Patrick Duchez

    Justement ce que je n’arrive pas à comprendre c’est la position de nos élus sur ce probleme….un jour convaicu par un TCSP en site propre , un autre par le tunnel , un autre par le tout voiture , un autre surpris du nombre de véhicules qui empruntent la RD 1508. Nous avons vraiment l’impression d’une valse avec un pied en avant , deux en arrières et rien ne change sur le fond !!!!

    Répondre
    1. jpcfrapna74 Auteur de l’article

      La seule manière de transformer un tango en marche est de pousser son cavalier dans le bon sens. Les citoyens peuvent y arriver s’ils poussent les élus dans le même sens, en même temps, et fortement… Alors qu’attendons-nous ?

      Répondre
  13. DELETRAZ Catherine

    Et qu’en est-il de l’autre rive (EST) où les transports sont aussi (bien que moins ) difficiles ????

    Répondre
    1. jpcfrapna74 Auteur de l’article

      Le trafic sur les deux rives du lac est interdépendant, vous avez raison. La rive Est sert d’itinéraire de délestage à beaucoup de conducteurs qui ne supportent plus les embouteillages de la rive Ouest.
      A notre avis, si une solution de transport collectif performant, en site propre, est mise en oeuvre sur la rive Ouest, le trafic devrait baisser sur la rive Est. Bien entendu, le report modal de la voiture individuelle vers un TCSP (Transport Collectif en Site Propre) reposera sur la qualité, le prix, la ponctualité et le cadencement du transport collectif à mettre en place en rive Ouest.
      Si des élus lisent ce Blog, voilà ce que nous demandons, au plus vite.

      Répondre
  14. DUCHEZ

    Bonjour
    Le doublement de la voie actuelle par une 4 voies et d’un tunnel ne résoudra aucun des problèmes actuels sur la RD 1508….
    En effet l’urbanisation étant saturée à Sevrier, pratiquement saturée à St-Jorioz et Duingt, encore en cours sur Doussard et Faverges, en créant une nouvelle 4 voies cela provoquera inéluctablement une aspiration massive de la circulation vers l’entonnoir que sera le tunnel… Un exemple, l’autoroute entre Alby et Annecy, 4 voies et saturation entre 7h et 9 h des les sorties sur Annecy. La solution de la route par encorbellement au-dessus de St-Jorioz pouvait encore être réalisable en 1980 quand l’urbanisation n’était pas aussi importante qu’aujourd’hui… Que faire maintenant, exproprier les 500 maisons existantes ?
    La solution c’est proposer d’autres systèmes de circulation que la voiture, mais des systèmes qui puissent être réalisés en deux ou trois ans maximum et qui soient rapides, fiables, à horaires fixes. Cela pourrait être des bus, des télécabines, des bateaux… Je ne sais pas, en tout cas quelque chose à réaliser TRES rapidement !

    Répondre
    1. Lecoanet Cécile

      Effectivement, toute nouvelle route crée un appel de trafic, c’est le cas à Lyon avec le tunnel de Fourvière qui a vu les bouchons revenir quelques années plus tard…
      Et effectivement il y a URGENCE à changer nos modes de déplacement.

      Répondre
    2. savin maurice

      Ma heureusement je ne suis pas d’accord avec vous concernant l’urbanisation sur SEVRIER En effet si ont regarde une carte de la commune ,ont constate que celle-ci est en triangle avec 1/4 compris entre le MAC DO et l’entrée de SEVRIER et les 3/4 après le MAC DO . Dans ce secteur il y a encore beaucoup de terrain à bâtir avec beaucoup de voitures potentielles (afin d’emmener les enfants au centre de SEVRIER )
      Par contre je ne pense pas que le nombre de maisons existantes sur la route en voie haute concerne 500 maisons ,Lors de l’étude par la DDE il n’y avait que 3 maisons qui auraient eu une légère gêne acoustique et cela dans la descente de CESSENAT.
      Je ne pense pas qu’il faudrait garder cette descente (les commerçants de St Jorioz voulant à l’époque que la circulation passe dans St Jorioz) mais dépasser Saint JORIOZ .
      La solution idéale serait évidemment une sortie à l’ancienne carrière de BREDANNAZ avec interdiction des poids lourd sur la 1508.
      Cette solution éviterait la pointe de DUINGT
      **************************
      Je profite également pour répondre aux 2 appels anonymes sur mon téléphone.

      Le tunnel à MAC DO ne me gênerait pratiquement pas car nous aurions que 150m de bouchon jusqu’au future rond point ,et au lieu de faire nos courses à Provencia ou à
      ST JO, nous irions sur ACY.

      ADN 508 a été créé en 1999 suite à l’idée farfelue de la création du tunnel à MAC DO , notre action a uniquement pour but de préserver les générations futures. Je pense que nos gouvernements successifs (droite ou gauche)ont fait suffisants de bêtises pour que nous puissions dire à nos enfants que nous avons fait notre possible pour éviter celle ci .

      Vos réactions peuvent être exprimées sur notre courriel

      adn508@yahoo.fr

      Répondre
      1. PDZ

        la solution de nos élus n’est pas de faire un tunnel vers bredannaz beaucoup plus cher que celui qu’il n’arrive déja pas à financer avec une entree au plus court à Rian Port vers le Mac do de Sevrier et débouchant dans la zone de Vovray.
        Ce tunnel ne reglera que le probleme de la montée de l’hopital et de la Puya pas ceux qui font déja 20mn de voiture le matin entre St Jorioz et le Mac Do….
        Quand à l’urbanisation de Sevrier , les terrains restant sont à proximité avec la foret du Semnoz , en lisière de rivière ou de la route de Leschaux …
        Par contre reste encore de beaux terrains à Duingt, St Jorioz , St eustache La chapelle…..

  15. Anonyme

    Solutions pour lutter l’encombrement de la RD A508 et désengorger la rive ouest du lac d’Annecy

    1 Plus on construit, plus il y du monde et de circulation, donc arrêt de nouvelles constructions sur la rive ouest.

    2 Ne pas indiquer les directions Albertville et Savoie aux sorties de l’autoroute Annecy Sud et Nord, afin d’éviter le passage par la RD 1508 et d’inciter les automobilistes à utiliser l’autoroute vers les stations de Savoie.

    3 Améliorer les transports collectifs en diminuant le coût des trajets et en augmentant la fréquence des bus.
    Pour atteindre cet objectif, étendre le réseau de la Sibra aux communes de la rive ouest, alors qu’actuellement le réseau s’arrête à la Puya.
    Si le réseau propose une fréquence de bus tous les 15 minutes à un prix proche de celui d’Annecy (1-1,5 euros) il n’y a pas besoin de modifier profondément la route pour avoir des bus en site propre, car il y aura une baisse importante du trafic routier.
    Il faut toutefois envisager des stationnements latéraux pour les arrêts afin d’éviter les arrêts des bus sur la chaussée.
    Il faut aussi renforcer profondément les navettes scolaires afin d’éviter le trafic pendulaire occasionné par les parents accompagnant leurs enfants 4 fois par jour.

    4 La création d’une ligne de tramway sur l’actuelle piste cyclable est à exclure car la piste est très appréciée et fréquentée. Le tramway créerait des nuisances sonores et visuelles alors que le site et son environnement direct est un lieu de paix pour les cyclistes, les promeneurs et les habitants.
    Il vaut mieux renforcer l’existant en augmentant la fréquence des bus et éviter la construction d’une voie supplémentaire pour un tramway à un endroit trop proche du lac.

    5 Prévoir des passages souterrains pour les piétons, mieux placés que ceux existants actuellement, afin d’éviter les nombreux ralentissements aux heures de sorties scolaires à Sevrier.
    Installation de barrières empêchant la traversée de la chaussée en dehors des passages souterrains.

    6 Covoiturage

    7 Le projet de tunnel à péage à Riant Port, trop proche d’Annecy, est ridicule car il ne ferait qu’accroître les bouchons:
    Un péage ralentirait encore fortement la circulation et couperait Sevrier en deux. Ce projet, en dernier recours, n’est intéressant que s’il est prévu plus loin vers Saint-Jorioz ou plus au sud

    Répondre
    1. Lecoanet Cécile

      Arrêter les nouvelles constructions est une mesure dictatoriale, nous sommes tous heureux d’être ici et on ne peut pas fermer les frontières sur un territoire « bunkerisé »…

      Améliorer les transports collectifs est notre bataille !! Le Conseil Général a nettement diminué les tarifs avec un ticket à 1,50€ entre Duingt et Annecy et 3,50€ entre Doussard ou Faverges et Annecy, donc c’est compétitif par rapport à la voiture (achat, entretien, carburant, usure).
      Mais si le bus roule sur la route dans les embouteillages, qui va monter à bord??
      Il faudra combien de temps pour que la circulation diminue??
      Tandis que si les conducteurs coincés dans les bouchons voient le bus passer sur son site propre, ils réfléchiront et une partie d’entre eux changeront leur mode de déplacement…

      Enfin l’actuelle piste cyclable ne sera pas modifiée, bien sûr, il n’en a jamais été question !!
      La largeur de la piste cyclable actuelle serait conservée, les bus circuleraient sur une autre voie parallèle et protégée (comme à Angon où la piste cyclable est séparée de la route par une glissière bois et de la végétation)
      Voir un bus silencieux et non polluant passer toutes les 15 à 20 minutes sur une voie qui lui est réservée, parallèle à la piste cyclable mais bien séparée de celle-ci, ne constitue certainement pas une grosse gêne pour un cycliste fervent des modes doux… Entre Annecy et Saint-Jorioz, si le cycliste roule normalement, il verra 1 ou 2 bus seulement… rien de dramatique!!

      Répondre
  16. Anonyme

    Arrêtons de rêver sur toutes ces solutions de dépannage qui seront rapidement obsolètes.

    a)Cette voie le long de la piste cyclable parait séduisante mais il faudra la financer et ne résoudra que partiellement le problème des voitures , pas celui des camions et il faudra envisager ultérieurement la solution du tunnel

    b)Ce tunnel sous le Semnoz aboutissant au Mac DO (Qu’il faudra indemniser) est une aberration si la 1508 n’est pas élargie en 4 voies jusqu’à la sortie de Saint Jorioz ,avec les expropriations et le passage du Laudon .
    ce tunnel à 4 voies sera d’autre part un aspirateur à camions
    .
    La solution existe depuis 20 ans et toutes les études ont déjà été réalisées par la D D E (acoustiques, géologique etc. )
    Un tunnel en voie haute et une route en encorbellement dans la foret domaniale
    Avantages
    1er aucune gêne pour les riverains
    2eme un piège à CO2 par la végétation
    3eme une diminution acoustique (le son monte)
    4eme une route panoramique pour les touristes
    5eme une solution définitive pour les générations futures.

    Cette solution avec l’interdiction des camions sur la 1508 permettrait à celle ci de retrouver une fluidité réelle et durable permettant aux riverains et aux bus de circuler normalement.
    LE FINANCEMENT pourrait être réalisé en partie par une prolongation de la concession de L’AREA de plusieurs années

    Une solution alternative (également étudiée par la DDE mais plus onéreuse) serait une sortie à l’ancienne carrière de Bredannaz)

    maurice Savin
    ADN508

    Répondre
    1. Lecoanet Cécile

      Nous n’avons pas la prétention de dire que la solution que nous préconisons va résoudre tous les problèmes.
      Ce qui est sûr, c’est qu’une voie de transport collectif en site propre sur 10 km, c’est-à-dire entre Annecy et Saint Jorioz, tronçon le plus touché par les embouteillages, coûterait beaucoup moins cher que toutes les solutions routières proposées jusqu’à présent, dont la solution que vous mentionnez, une route en encorbellement… et serait beaucoup plus rapide à mettre en œuvre.

      Notre but est de susciter un changement dans les modes de déplacement des usagers de la route pour les trajets pendulaires quotidiens, et pour les touristes qui visitent les bords du Lac.
      Personne ne prend le bus actuellement, car les passages ne sont pas cadencés, les durées de trajet sont aléatoires, les fréquences de passages diminuent le week-end et pendant les vacances scolaires.

      Détourner la circulation est un autre problème, effectivement étudié depuis longtemps et qui prendra encore du temps pour aboutir…

      Répondre
  17. Anonyme

    2×2 voies c’est trop peu…………., non il faut prévoir une voie pour les vélos, les rollers, les 2 roues, les planches, les poussettes, les berlines, les camions, etc, bien valider tout ça par des constructions non stop en bordure, comme ça ceux qui sont derrière entendront moins, bon ils verront moins les montagnes, mais ils pourront s’acheter un poster…
    Bien sûr ceci n’est qu’une réaction épidermique à cette idée de 2×2 voies qui ne tient pas compte des croisements… etc le lac d’Annecy sera « bien aménagé »,
    Bien sûr tout le monde n’a pas la même idée de « l’aménagement du territoire », que nos élus n’ont pas su gérer
    Sérieusement : ouvrez les yeux, regardez notre cluse de lac et ce qu’elle devient, est devenue,..
    On y habite, on passe pour privilégiés, certes y’a pire, mais qu’il ya -t-il de plaisant, d’attractif (tourisme), sur les premiers plans qui s’offrent à nous lorsque nous parcourons la 1508 ? L’habitat est hétéroclite et sans charme, de nombreux points carrément moches, mises à part les « coupures vertes » quelque peu mitées et en sursis !
    Amère mais pas abattue et pour un dialogue malgré les divergences de vue !

    Répondre
  18. Anonyme

    Même une ouverture à deux fois une voie sous le semnoz par un tunnel moderne sera saturée au regard de l’exponentielle augmentation de la population en circulation automobile.
    Le tram, qu’il passe le long de la piste cyclable ou sur l’ex RN, c’est peut-être mieux que rien mais il ne restera qu’un palliatif.
    La seule solution est une deux fois deux voie sur l’emprise RN 1508 avec le tunnel mais je ne crois plus au père Noël… Les écolos, le coùt et les intérêts locaux interdiront sans nuance cette solution. Encore un peu de temps et de constructions immobilières pour que le transit se grippe définitivement pour les actifs. Seuls les retraités et les inactifs pourront rester le long des rives du lac…
    Le lac d’argent …
    Merci à ceux qui essaient de faire quelque chose mais vous savez… Don Quichotte…les moulins…
    Non, il n’y a que la 2X2 avec, en en plusle site propre. C’est cher… Les impôts…
    Cela ne viendra que le couteau sous la gorge de l’asphyxie totale. C’est trop tôt, il passe encore un peu d’air !
    Bon courage à tous.
    Claude ANTOINE
    Claude ANTOINE

    Répondre
  19. TRINQUET YOLANDE

    Il faudrait peut-être aussi revoir les tarifs des transports en commun! Revenant de cure dans l’Hérault, tous les transports par bus y sont à 1euro quelle que soit la distance!

    Répondre
    1. Lecoanet Cécile

      Nous avons aussi travaillé sur cet aspect du problème, des efforts ont été réalisés par le Conseil Général avec une nouvelle tarification depuis avril 2012 : ticket à 1,5 euros entre Annecy et Duingt et ticket à 3,5 euros entre Annecy et Doussard ou Faverges.
      Bien sûr que l’incitation à prendre le bus passe aussi par la tarification…

      Répondre
  20. Anonyme

    le traffic routier sur l ‘agglo d’Annecy a atteint un niveau préoccupant(+3,4% sur la haute savoie et +12% sur l’A41 à Annecy entre 2010et 2011) seuil de pollution alarmant en automne 2011.Les élus de l agglo ne voient rien,ils nous parlent toujours de tunnel sous le Semnoz,voie nouvelle ,ZAE nouvelle sur Seynod.Vos propositions sont bien mignonnes mais,le seuil d’alerte est dépassé,a mon avis il n’est plus temps de bricoler des sites propres,mais de d’utiliser les voies existantes ,il yen a plus qu’assez;en évinçant la voiture au profit de TC. Pour cela il faut connaitre les allée et venue des automobilistes et mettre les TC en fonction.mesures autoritaires qui feront hurler pour atteinte à la liberté de circulation.Nous préféreront crever dans le bruit , la pollution et avec le ciel qui nous tombe sur la tête.

    Répondre
  21. Patrick Duchez

    Ce projet de transport en commun en site propre est un vrai serpent de mer, j’espère le voir un jour…. en tout cas merci pour le travail formidable effectué !

    Répondre
    1. Claude Mauriange

      Tunnel ou pas tunnel, là n’est pas la question
      Depuis « Livre blanc de la circulation routière à Sevrier » – Sevrier environnement mai 1981, AUCUNE MESURE significative n’a été prise pour améliorer la situation des automobilistes et des usagers des transports en commun sur la RD 1508 sud. Alors pourquoi tant d’acharnement à vouloir absolument réaliser un tunnel sous le Semnoz AVANT d’AVOIR, même à titre expérimental, essayé de mettre en œuvre des solutions alternatives respectueuses de l’environnement, sans investissement lourd ?
      Il y a déjà un tunnel sous le Semnoz : Le tunnel de la Puya qui relie Sevrier nord et la zone industrielle de Vovray, long de 1,6 km, il se trouve sur le tracé de l’ancienne ligne de chemin de fer Annecy – Albertville. Il permettrait aux transports en commun d’emprunter, en site propre l’ancien tunnel ferroviaire pour contourner la Puya et arriver, sur la trace de l’ancienne voie de chemin de fer, au pôle d’échanges multimodal de la gare d’Annecy. Malheureusement, après l’avoir mis en avant devant la presse (Communiqué de presse du Conseil Général de la Haute-Savoie à Annecy, lundi 27 janvier 2014) : « Il s’agira pour le BHNS, de garantir une desserte en site propre sur la partie la plus pénalisante et la plus urbaine entre Annecy et Saint-Jorioz voire Duingt, puis Faverges à un horizon plus lointain et, en réutilisant l’ancien tunnel ferroviaire sous le Semnoz, ce qui permettra de garantir un temps de parcours rapide et stable et aussi d’augmenter les fréquences de l’offre actuelle. » et malgré une consultation publique positive, ce projet est abandonné, pourquoi ? La réponse n’est pas technique elle est éminemment politique.

      Laisser croire qu’un nouveau tunnel sous le Semnoz va apporter LA (seule) SOLUTION aux problèmes de circulation sur la rive ouest du lac d’Annecy n’est pas crédible. Ce projet va, au contraire, AGGRAVER LA SITUATION des usagers confrontés aux dures conditions de circulation sur la RD 1508 tristement célèbre par ses bouchons quotidiens, ce projet va coûter très cher au contribuable. Il s’agit en réalité d’un projet qui au final pourrait coûter entre 320 et 400 millions d’euros avec les aménagements routiers.
      De plus un tunnel routier MONOTUBE bidirectionnel ne présente pas toutes les garanties de sécurité au regard de la Directive 2004/54/CE du Parlement européen et du Conseil du 29 avril 2004. En effet, « Le volume de trafic prévu et la sécurité constituent les principaux critères pour déterminer s’il faut construire un tunnel monotube ou bitube, compte tenu de certains aspects tels que le pourcentage de poids lourds, la pente et la longueur. En tout état de cause, lorsque, pour des tunnels en projet, les prévisions à quinze ans montrent que le volume de trafic dépassera 10.000 véhicules par jour et par voie de circulation, un tunnel bitube à circulation unidirectionnelle est mis en place pour la date à laquelle ce chiffre sera dépassé. ». Or, à SEVRIER, à l’endroit même de la tête de tunnel projeté, le volume de trafic actuel dépasse les 10.000 véhicules par jour et par voie de circulation. NB : Au point de de comptage N°109, le Trafic Moyen Journalier Annuel était de 22.446 véhicules/jours en 2012.
      C’est pourquoi il nous parait essentiel, AVANT de PARLER de TUNNEL, de mettre en œuvre des solutions alternatives respectueuses de l’environnement, sans investissement lourd, pour améliorer le quotidien des automobilistes et des usagers des transports en commun à très court terme. Entre les inévitables délais, d’études, de financement et d’autorisations diverses, la mise en service d’un tunnel sous le Semnoz ne pourra intervenir avant 2025 (Le premier coup de pioche est prévu en 2018), devons-nous continuer à subir et rester les bras ballants en attendant ?
      Quelles sont les solutions ?
      SANS TUNNEL ou, à fortiori, AVEC UN TUNNEL des travaux préalables d’aménagement sont absolument nécessaires pour améliorer les conditions de circulation sur la D1508 SUD. Ces travaux devraient faire l’objet d’un TRAITEMENT GLOBAL avec un CALENDRIER PRECIS afin d’obtenir la plus large adhésion de tous les publics, automobilistes et usagers des transports en commun compris. L’urgence c’est de mettre tout en œuvre pour DIMINUER le TRAFIC DE POINTE, des solutions existent qui ne sont pas toutes de l’ordre de l’investissement lourd, en particulier les mesures qui peuvent intervenir à très court terme.
      Quatre mesures sont réalisables à très court terme et à peu de frais :
      1 – Interdiction de circulation des véhicules de plus de 3,5 tonnes entre 7 h et 9 h et entre 17 h et 19 h. (Code de la route Article R411-18 « Le préfet peut interdire temporairement la circulation d’une ou plusieurs catégories de véhicules sur certaines portions du réseau routier. Des arrêtés du ministre de l’intérieur et du ministre chargé des transports peuvent interdire la circulation d’une ou plusieurs catégories de véhicules durant certaines périodes, certains jours ou certaines heures sur tout ou partie du réseau routier… »
      2 – Basculement du trafic de transit à destination d’ALBERTVILLE sur les autoroutes A40, A410, A41, A43 et A430 par la mise en place d’une signalisation appropriée à la frontière suisse et italienne et sur les grands axes de circulation du département. Des mesures similaires ont démontrées leur efficacité lors des jeux olympiques d’Albertville de 1992. Des tarifs autoroutiers incitatifs pourraient également être proposés.
      3 – Étalement du trafic de pointe sur une plus grande plage horaire. Le problème à résoudre est de l’ordre de l’aménagement du TEMPS en fonction de l’ESPACE disponible, un décalage de quelques minutes en période de pointe évite la formation de bouchons et augmente la fluidité. Il s’agit d’harmoniser les horaires d’ouverture et de fermetures avec un décalage de 10 à 15 mn. Cette action peut se faire sur la base du volontariat en concertation avec toutes les grandes entreprises et des administrations du bassin annécien. L’étalement du trafic de pointe sur une plus grande plage horaire, c’est au final une action gagnant-gagnant : des milliers d’heures de travail récupérées, des milliers de litres de carburant économisés et donc moins de pollution dans un milieu aussi sensible que le lac d’Annecy.
      4 – Mise en place de Parkings Relais (P+R) de grande capacité en et hors agglomérations. Une première étape serait la mise en place de Parkings Relais (P+R) GRATUITS en amont des tronçons les plus encombrés ; FAVERGES, DOUSSARD, DUINGT, SAINT-JORIOZ et SEVRIER. Conjointement à la mise en place d’un plan de cheminement doux en agglomération, ces Parkings Relais proches des lignes de transport en commun auraient deux buts complémentaires : Inciter les automobilistes à laisser leur véhicule sur les Parking Relais et utiliser les transports en commun (Sous-entendu que le transport en commun en service soit SÉDUISANT ; Régularité, cadencement élevé, amplitude horaire importante, confort et tarifs attractifs) et développer le covoiturage sur l’ensemble des rives du lac d’Annecy et du pays de Faverges.
      Conclusion
      Le TUNNEL sous le SEMNOZ actuellement présenté n’est ni LA SOLUTION ni LA PRIORITÉ.
      Voilà maintenant plus de quarante ans que des études, 9 à ma connaissance, sont menées, par l’État avant 2006 et par le Conseil Général depuis le déclassement en 2006 de l’ancienne route nationale N508 en route départementale à grande circulation, la D1508. Un esprit chagrin pourrait se poser la question de savoir si l’on connaît le coût total de ces études.
      Présenter un nouveau projet de tunnel sans réaliser AU PRÉALABLE les aménagements indispensables à la circulation d’un transport en commun efficace sur la rive ouest de lac d’Annecy, relève d’avantage de l’incantation que de la volonté réelle d’améliorer le quotidien des automobilistes et des usagers des transports en commun.
      Les techniciens ne sont pas en cause, si nos élus ne posent pas les bonnes questions ils ont forcément de mauvaises réponses.
      Nos anciens ont su, malgré la crise ou justement à cause d’elle, investir pour l’avenir, lancer des grands travaux, construire des lignes de chemins de fer et de tramways. Il va falloir maintenant faire preuve, sans à priori, d’audace et d’imagination et surtout, ne pas oublier d’informer, car rien n’est pire que le silence, l’absence d’information, provoque inévitablement la suspicion ; Pourquoi un tel retard dans la réalisation des aménagements indispensables dans le 2ème département le plus riche de France ? Quels sont les enjeux cachés ? L’intérêt public est-il préservé face aux intérêts privés ?
      Claude Mauriange le 20 décembre 2014
      Les suggestions sont les bienvenues : claude@mauriange.fr

      Répondre

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s